CY Cergy Paris 172Blanc

Joubin Anaëlle
05 juillet 2016
Mémoire M1
Le risque inondation est, en France, le risque naturel majeur. Sa gestion au cours de l’histoire a connu de nombreuses fluctuations, passant d’un risque divinatoire, à une gestion focalisée sur les pratiques technicistes pour devenir une gestion territorialisée. L’arrivée du risque urbain, qu’on appelle le risque métropolitain, a engagé une remise en question des outils mis en place par l’Etat. Alors que la vulnérabilité était auparavant limitée par les infrastructures hydrauliques (digues, barrages etc.) et réglementée à travers une planification territoriale (PPRI), le risque métropolitain, par l’interdépendance des réseaux, engage une nouvelle gestion du risque. Les répercussions d’une crue seraient ainsi considérables et engageraient des vulnérabilités au-delà de la zone touchée. Sur le territoire francilien, une crue provoquerait une paralysie des activités et les outils actuellement mis en place par l’Etat seraient inefficaces. Pour y remédier, l’ensemble des acteurs doivent concourir à la réduction de leur vulnérabilité par la continuité d’activité. ...
Vivet Pierre
05 juillet 2016
Mémoire M1
Dans ce mémoire nous allons nous intéresser à la question de la mesure et de la représentation de l’évolution des bases de données de l’IGN. Les utilisateurs ont besoin de connaitre le différentiel entre deux éditions d’une base de données pour pouvoir déterminer s’il est pertinent pour eux d’utiliser ou non la dernière édition d’une base, sachant que cela demande un investissement non négligeable d’intégration de nouvelles données. Nous allons toutefois tenter de dépasser la simple information sur les données pour valoriser l’image de l’IGN en représentant le processus de production à l’oeuvre derrière ces données. Ainsi nous mesurerons et représenterons l’évolution de la base en couplant deux caractéristiques : le différentiel entre des dates fixes et le processus continu de transformation. Pour cela nous créerons tout d’abord deux catégories d’indicateurs : la première relevant d’un comptage des différents objets de la base, et la seconde qui sera le nombre de ...
Frank Lukas
05 juillet 2016
Mémoire M1
Ce mémoire traite de la question des géovisualisations 3D appliquée aux risques d’inondations. Ces simulations s’insèrent dans une logique de sensibilisation de la population et des élus locaux à la prévention des risques où la cartographie est l’outil de médiation dominant. L’enjeu étant d’une part de comprendre les effets de ce mode de représentation graphique sur leur destinataire. Et d’autre part d’utiliser le destinataire comme clé de lecture de ces géovisualisations 3D pour pourvoir produire efficacement via l’outil 3D. Ce mémoire tente autant que possible d’adopter une approche didactique pour pouvoir être compris même par un public non initié à la modélisation 3D et à la problématique des risques. Une importante partie de ce mémoire consiste en un état de l’art, qui sans prétendre à l’exhaustivité, tente de capitaliser les concepts et théories clés de la sémiologie 2D et 3D. Cet état de l’art arrive à la conclusion que la ...
Jobin Maxime
04 juillet 2016
Mémoire M1
La question des loyers est sensiblement devenue de plus en plus présente dans les principales métropoles françaises. En effet, les pouvoirs publics comme les professionnels de l'immobilier souhaitent savoir comment se positionner et agir par rapport au marché. Pour répondre à la question des loyers, il faut une bonne connaissance du territoire et de ses parcs locatifs, notamment celui du privé. En somme, la compréhension est une étape primordiale avant l'action. Les loyers évoluent de façon continue selon les lois du marché, c'est pourquoi c'est un réel besoin de savoir comment se caractérise son territoire. La prise de connaissance passe donc inéluctablement par l'étude et l'observation. Le parc locatif privé est une source d'enjeux pour les pouvoirs publics qui souhaitent pratiquer une bonne gouvernance et posséder des loyers plafonds (pour logements conventionnés) en conformité avec les loyers du marché. Les Observatoires sont des outils multi-échelles et multi-thématiques qui permettent d'encadrer ...
Spangenberg Lucie
04 juillet 2016
Mémoire M1
Depuis le 1er janvier 2016, le territoire francilien est entièrement couvert en établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre. Face aux changements récents dus aux lois sur la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles « Maptam » et celle évoquant la nouvelle organisation territoriale de la République « NOTRe », l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France a décidé de créer l’observatoire des intercommunalités franciliennes. Cet observatoire a vu le jour sous forme d’application Web cartographique à l’aide du logiciel d’ArcGIS d’ESRI. L’application Web a pour but de représenter les mutations intercommunales. A l’aide d’interaction cartographique, de cartes, de tableaux et de fiches, l’observatoire tente d’informer l’utilisateur sur les EPCI. C’est à la fois un relais d’informations et un outil permettant de représenter le territoire. L’application Web cartographique est alimentée par une base de données complexe sur les intercommunalités. La base de données a su faire face ...
Marion Emmanuel
04 juillet 2016
Mémoire M1
Depuis plusieurs décennies, dans une recherche de rentabilité, la SNCF ferme les lignes ferroviaires secondaires qui rapportent peu. Ces voies ferrées, souvent à voie unique et non électrifiées permettaient de desservir les régions rurales en les reliant aux métropoles régionales et à Paris. Elles devaient faciliter tant les déplacements des populations que le transport des marchandises produites par les entreprises situées à proximité des voies. Ces voies abandonnées par la SNCF, ont eu des destinées différentes ; certaines ont été déposées et d’autres rachetées par des structures locales (régions, département, communes) en vue d’y maintenir une activité ferroviaire. Lorsqu’elles ont été conservées, ces structures doivent être entretenues de manière régulière, or le coût de l’entretien est élevé et de plus en plus incompatible avec les budgets à la baisse. Le recours aux technologies d’information géographique semble être une solution car elles présentent de multiples avantages sur les anciens documents papiers. Elles apportent ...
Anjou Léa
04 juillet 2016
Mémoire M1
La biodiversité est bien présente en Île-de-France, et même au sein des Hauts-de-Seine malgré sa forte densité urbaine. Les collectivités territoriales sont en donc en charge de leur territoire et des espèces pouvant s’y trouver. Ces dernières doivent donc par conséquent développer une gestion de la biodiversité qui est souvent différente d’une collectivité à une autre. Ainsi, les outils de la géomatique tels que les bases de données et la représentation spatiale semblent tout à fait répondre à ces besoins puisqu’ils permettent l’inventaire des individus par leur géolocalisation mais aussi de mettre en relation les réglementations et les directives imposées à chaque espèce. La qualité des données est donc à prendre en compte et des vérifications sont donc nécessaires, surtout avant d’exporter les données vers des infrastructures publiques qui par la suite seront analysées et permettront d’établir les directives de demain. Les SIG, de par leur avantage permettent de structurer ...
Hinot Georges
01 juillet 2012
Mémoire M1
La Réduction Des Risques liés aux toxicomanies introduit de nouvelles missions aux acteurs de la santé publique. En même temps que les professionnels de la RDR vont reconnaître des empreintes géographiques aux toxicomanies, leurs échelles d’action se précisent, et prennent diverses formes dans les grandes villes occidentales. La promotion d’outils SIG vers ces professionnels peut améliorer la connaissance de ces problématiques très humaines, qui échappent souvent aux mesures. L’interprétation de la donnée issue de ces échanges conduira à voir le cadre urbain comme fragmenté, et connaissant des phases de désintégration, même à Paris.
Hinot Georges
01 juin 2013
Mémoire M2
Le géomarketing se tourne de plus en plus vers le web. Dans le même temps, les utilisateurs du géomarketing se diversifient. Une application géomarketing web doit donc répondre à des enjeux territoriaux, alors même que son utilisateur est multiple. Les développeurs mettront l’homme au centre de leur projet, et montreront que la transmission d’informations géodécionnelles passe par la prise en compte de l’expérience utilisateur (UX).

Nous trouver

  • CY Cergy Paris Université, UFR lettres et sciences humaines, Département de géographie
  • Les Chênes 2, 33 boulevard du Port, 95011, Cergy-Pontoise Cedex
  • Bureau 104 - 01 34 25 64 33
  • Formulaire de contact